back-to-top

Une toute nouvelle SSII, COBOL-IT mise sur le COBOL version Open Source

view origin

November 19, 2008 by BFM Business

La start-up française Cobol-IT propose une alternative open source pour les applications développée en Cobol, encore très prisées.

C’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes. A l’heure du SOA, du SaaS, du C, du Java et autres langages dits ‘ modernes ‘, qui pourrait croire qu’une start-up dédiée au Cobol, ce langage vieux de 40 ans, pourrait encore attirer les foules?

Et pourtant, Cobol-IT, une start-up française créée il y a à peine deux mois, n’a pas fait ce choix par hasard. La société distribue le premier compilateur Cobol en open source du marché et propose aux entreprises des prestations de service associées. Car le Cobol n’est pas aussi démodé que l’on pourrait le croire. 60 % des applications de gestion back office en entreprise seraient même précisément développées avec ce langage.

‘ On compte près de 500 milliards de lignes de code en Cobol aujourd’hui. Et ce chiffre est clairement à la hausse ‘, confirme Philippe Fraysse, cofondateur et directeur général de Cobol-IT.Les raisons de ce renouveau ? ‘ Après avoir distribué et décentralisé les grandes architectures, les grandes entreprises reviennent consolider leurs applications de gestion sur de gros serveurs de type mainframe, et utilisent le Cobol pour le back office de gestion. C’est un langage assez puissant, facile à maintenir. Et avec des interconnexions avec Java, on sait parfaitement faire du SOA, du web-to-host et offrir des services modernes ‘, explique Philippe Fraysse. Exemple, l’application bancaire sur serveur AIX Atlas 2 de la BNP est en Cobol, avec des services SOA en Java.

OpenCobol à la base de la société

Spécialistes du secteur depuis de nombreuses années, les deux fondateurs de Cobol-IT, Stéphane Croce et Philippe Fraysse ont donc sauté sur l’occasion de faire du neuf avec du vieux. Surtout sur un créneau encore peu investi. ‘ Notre concurrent Micro Focus détient un monopole avec 90 % du marché. Sur un secteur évalué à 300 millions de dollars par les analystes, on peut supposer qu’il y a de la place pour deux ‘, ajoute Philippe Fraysse.Les fondateurs ont donc choisi l’alternative open source, en s’appuyant sur le compilateur OpenCobol.

La société, dont le siège est à Paris, est officiellement créée en septembre 2008, et dispose d’une équipe de recherche et développement basée à Bruxelles. Cobol-IT mise surtout sur les plates-formes HP UX, ou Sun Solaris, entre autres. Ses produits s’interfacent notamment avec Oracle, DB2, XoSoft, et prochainement, avec Tuxedo de BEA. La société a également développé des connecteurs pour MySQL et PostgreSQL. Enfin, dans les prochains jours, la société va annoncer son intégration avec Eclipse.

La société compte sur les atouts de l’open source pour faire mouche sur le marché. ‘ Nous avons évalué que sur une nouvelle installation, nous sommes 70 % moins chers ‘, promet Philippe Fraysse. Mieux, Cobol-IT est capable de faire la migration d’un projet issu de la concurrence, vers leur solution. ‘ Les connecteurs laissent croire aux applications que rien n’a changé ‘, explique le fondateur.Quoi qu’il en soit, depuis sa récente création, Cobol-IT n’en revient pas elle-même de l’intérêt qu’elle a suscité. En à peine deux mois ses solutions sont déjà en test chez trois grands comptes français. HP est un fervent supporter de la société et la recommande, apportant de fait de la crédibilité à la start-up. La société travaille déjà sur un modèle de distribution. Les raisons de ce début de succès ? ‘ Cela nous rend sympathiques d’être open source ‘, conclut Philippe Fraysse.

A vous de juger maintenant.